English

pro

DIAGONALES ASCENDANTES

Duo de 30 min

"L’énergie de l’artiste et l’inertie gigantesque de l’agrès crée un sillage qui met toute l’architecture et la ville en mouvement. Le danseur pris dans le mouvement, voit la ville tournoyer autour de lui. J’ai vécu cette expérience en tant qu’interprète et souhaite la renouveler de mon point de vue de chorégraphe, de scénographe et de spectateur."
Fabrice Guillot


Duo de jour - 30 min

Création mai 2019

Distribution
Chorégraphie et conception des agrès : Fabrice Guillot
Interprètes : Cybille Soulier et Fanny Gombert
Assistante à la chorégraphie : Nathalie Tedesco

Photos

Les deux danseuses s’engagent dans un jeu de poursuite qui passe du mur au vide, de l’élastique à la corde. Dans cet espace tridimensionnel, les trajectoires bifurquent à tout instant grâce à l’usage des différents agrès. On suit le jeu énergique et surprenant des deux danseuses à la fois espiègles, complices ou rivales. Leurs courses se croisent, s’esquivent, se séparent puis, ramènent un instant les corps en contact. Les agrès se composent de matières à la fois rigides et souples. Le jeu et le corps des danseuses dessinent des lignes à la fois régulières, asymétriques, rondes et verticales.

L’agrès comme un prolongement du corps
Le travail dans le vide, se fera à l’aide d’un objet composé d’une barre rigide et d’une perche de saut souple, de cordes et d’élastiques. Comme un prolongement du corps cet agrès s’étire, se contracte, s’articule en même temps que le jeu des danseuses. A l’image du squelette dont les parties rigides sont articulées et permettent le mouvement.